Classica Juin 2016

Pierre Wissmer, un portrait.jpg

Avec le numéro de Juin du magazine Classica, vous trouverez le DVD « Pierre Wissmer, un portrait », excellent documentaire d’Anne de Fornel et Eric Darmon. J’y interprète son Intermezzo. C’est un vrai bonheur de contribuer à faire connaître la musique de ce compositeur rare, élégant et profondément original. Nous avons aussi édité, en collaboration avec les éditions Billaudot (merci Christophe Dardenne !), ses « Trois pièces pour guitare seule » avec mes propositions de doigtés, et j’ai enregistré toute la musique pour une et deux guitares (avec l’ami Nicolas Lestoquoy) pour le label Paraty (merci Bruno Procopio)! Jetez une oreille curieuse à cette musique étonnante. Dans le DVD, vous trouverez aussi de belles interprétations de Georges Pludermacher, Romain Leleu, Vincent Thévenaz, Vinh Pham, Fabrice Gregorutti, Alain Pâris, Anne de Fornel, Phil Grobi, François Le Roux et Dominique Fanal.

Interview d’Eliot Fisk

Dernièrement, j’ai eu la joie de rencontrer et d’interviewer l’immense Eliot Fisk !

« J’aimerais trouver plus d’artistes ayant quelque chose à dire avec une vraie personnalité. (…) Cela stimulerait un peu notre monde musical. »

A lire dans le numéro 69 de Guitare Classique !

Interview d'Eliot fisk dans Guitare Classique n°69
Interview d’Eliot fisk dans Guitare Classique n°69

Dans le Guitare Classique n°67…

Le magazine Guitare Classique (n°67) m’a fait l’honneur de m’inviter pour une interview. On y parle notamment de mon disque Soliloque entre autres choses. Le magazine vous offre 10 exemplaires de ce disque. Pour participer, il suffit d’envoyer un e-mail avec vos coordonnées en précisant l’objet « Concours Sébastien LLinares » à l’adresse suivante :
guitareclassique@editions-dv.com.
Dans ce même numéro, une chronique de mes Trois Bagatelles récemment éditées chez Sempre Piu.

Sébastien Llinares dans Guitare Classique n°67
Sébastien Llinares dans Guitare Classique n°67

Le disque a également été chroniqué par la très exigeante musicologue Sylviane Falcinelli.

Guitare Classique n°66

Pour le numéro 66 du Magazine Guitare Classique, j’ai écrit un papier sur le fabuleux répertoire guitare / chant. Cet article commence ainsi :

Lorsque l’on pense au répertoire pour guitare et voix, nous viennent généralement à l’esprit les chants espagnols, qu’ils soient antiques, romantiques, ou associés de près ou de loin au cante jondo. Pourtant, loin de se limiter à l’univers ibérique, ce répertoire a largement traversé les mers et les montagnes et témoigne d’une diversité foisonnante ! Au travers de quelques enregistrements phares, essayons de dresser un petit panorama de cet îlot lyrique et poétique.

Et pour accompagner votre lecture, j’ai préparé une large playlist que vous pouvez écouter sur Youtube. N’hésitez pas à découvrir ce répertoire passionnant qui a de beaux jours devant lui !

Guitare Classique n°64

Pour le numéro 64 de la revue Guitare Classique, j’ai réalisé un long entretien avec Hopkinson Smith qui, en plus d’être le géant que l’on sait, est un homme charmant.

Voici l’introduction de cette interview :

Hopkinson Smith est aujourd’hui l’une des personnalités majeures du monde musical. Cet « Harvard man », qui a également étudié avec Emilio Pujol, est la référence dans le domaine des cordes pincées anciennes. Chacun de ses enregistrements est attendu comme un événement, et ses concerts sont courus dans le monde entier. Il a aussi formé un nombre impressionnant de luthistes – parmi les plus emblématiques, Rolf Lislevand, Xavier Diaz-Latorre ou encore Edin Karamazov, pour ne citer qu’eux. Son apport pédagogique au sein de la célèbre Schola Cantorum de Bâle, son œuvre discographique avec notamment la firme Naïve, son intense activité de concertiste, ont déjà gravé son nom dans l’Histoire de la musique. Co-fondateur, avec Jordi Savall, de l’ensemble Hespèrion XX, Hopkinson Smith se consacre aujourd’hui au répertoire soliste.

Guitare classique n°65

Pour le numéro 65 du magazine Guitare classique, j’ai écrit un papier sur les rapports entre Hector Berlioz et la guitare.
Voici l’introduction de cet article qui j’espère, vous donnera envie de lire la suite !

Berlioz, le guitariste (1803 – 1869)

Le plus influent des compositeurs français, virtuose de l’orchestre, théoricien de l’instrumentation, concepteur de symphonies révolutionnaires, d’opéras aux larges proportions et d’oeuvres vocales monumentales, pratiquait et chérissait l’instrument de l’intimité, la guitare. Il affirme d’ailleurs, dans son Grand traité d’instrumentation et d’orchestration modernes, que « la guitare est un petit orchestre ». Ultime compliment pour notre instrument, venant de celui qui a poussé l’art orchestral à un niveau jamais atteint jusqu’alors. Mais quel rôle la guitare a-t-elle joué dans la vie de Berlioz ? Instrument de jeunesse, à la fois témoin et acteur des premiers émois musicaux ? Ou instrument fondateur avec une réelle influence sur son travail ? Berlioz cultive-t-il à l’égard de la guitare une tendre nostalgie ou une véritable passion ? En parcourant ses oeuvres musicales, littéraires et sa bi(bli)ographie, nous avons essayé de trouver quelques pistes afin d’y voir plus clair.

Pour illustrer ce papier, nous avons enregistré en compagnie d’Élise Chauvin une romance, avec accompagnement de guitare, arrangée par un jeune Berlioz de 17 ans.

Selon Jean-Jacques Rousseau la romance est un poème strophique simple et sans prétention : un poème d’amour court, souvent tragique, à la mélodie simple et sans affectation, avec un support instrumental discret.