Soliloque dans la presse (2)

Dernièrement, j’ai été enchanté d’apporter ma guitare dans « Un Dimanche Idéal », l’émission diffusée sur France Musique et présentée par la brillante Arièle Butaux. J’y ai joué du Poulenc et du Roussel et nous avons un peu causé. Vous pouvez tout réécouter en suivant ce lien.
Aussi, quel bel article de Pierre-Carl Langlais à propos du concert du 2 octobre dernier salle Cortot, et de mon disque Soliloque ! Merci à lui pour son écoute, sa plume et sa science !

Soliloque dans la presse

Mon disque Soliloque (Paraty / Harmonia Mundi) vient de sortir et la presse commence à l’accueillir. Voici les premières chroniques et interviews :

Un portrait dans Resmusica par Alain Huc de Vaubert.
Une chronique du concert salle Cortot dans Roads.
Un entretien radiophonique avec Frédéric Hutman dans Classicagenda.
Un entretien radiophonique avec Marc Portehaut pour son émission Cantabile.
Le disque à été chaleureusement accueilli par Émilie Munéra et Rodolphe Bruno Boulmier sur France Musique dans leur émission « En Pistes! »
Et toujours sur France Musique, ma Sarabande de Poulenc est passée à la matinale culturelle de Vincent Josse.
Merci à tous !

Soliloque, un disque Paraty / Harmonia Mundi

Voilà la vidéo qui présente le nouveau disque !
Une liste de grands mercis pour les personnes qui m’ont aidé à la réalisation de ce projet : Julien Costa pour la vidéo ; puis pour le disque : Vincent Mons, Nicolas Lestoquoy, Denis Simandy et le château de Chabenet, Bruno Procopio, Natalie Valentin et le label Paraty, Christophe Dardenne et l’Action Musicale Pierre Wissmer, Sylviane Falcinelli, Catherine Kauffmann Saint-Martin et Dominique Preschez.
Sortie chez Harmonia Mundi le 7 octobre !

Guitare Classique n°66

Pour le numéro 66 du Magazine Guitare Classique, j’ai écrit un papier sur le fabuleux répertoire guitare / chant. Cet article commence ainsi :

Lorsque l’on pense au répertoire pour guitare et voix, nous viennent généralement à l’esprit les chants espagnols, qu’ils soient antiques, romantiques, ou associés de près ou de loin au cante jondo. Pourtant, loin de se limiter à l’univers ibérique, ce répertoire a largement traversé les mers et les montagnes et témoigne d’une diversité foisonnante ! Au travers de quelques enregistrements phares, essayons de dresser un petit panorama de cet îlot lyrique et poétique.

Et pour accompagner votre lecture, j’ai préparé une large playlist que vous pouvez écouter sur Youtube. N’hésitez pas à découvrir ce répertoire passionnant qui a de beaux jours devant lui !

Guitare Classique n°64

Pour le numéro 64 de la revue Guitare Classique, j’ai réalisé un long entretien avec Hopkinson Smith qui, en plus d’être le géant que l’on sait, est un homme charmant.

Voici l’introduction de cette interview :

Hopkinson Smith est aujourd’hui l’une des personnalités majeures du monde musical. Cet « Harvard man », qui a également étudié avec Emilio Pujol, est la référence dans le domaine des cordes pincées anciennes. Chacun de ses enregistrements est attendu comme un événement, et ses concerts sont courus dans le monde entier. Il a aussi formé un nombre impressionnant de luthistes – parmi les plus emblématiques, Rolf Lislevand, Xavier Diaz-Latorre ou encore Edin Karamazov, pour ne citer qu’eux. Son apport pédagogique au sein de la célèbre Schola Cantorum de Bâle, son œuvre discographique avec notamment la firme Naïve, son intense activité de concertiste, ont déjà gravé son nom dans l’Histoire de la musique. Co-fondateur, avec Jordi Savall, de l’ensemble Hespèrion XX, Hopkinson Smith se consacre aujourd’hui au répertoire soliste.

Festival Clef de Soleil, compte rendu.

Voici un article très sympa sur notre concert au Festival Clef de Soleil publié dans La Voix du Nord.

Jeudi soir, le duo Mélisande a joué à guichets fermés à l’Hermitage Gantois, où le public du festival Clef de Soleil, comblé, a eu le privilège d’entendre les célèbres Variations Goldberg introduites par un sublime Aria.

24-07-2014 au festival Clef de Soleil à Lille.
24-07-2014 au festival Clef de Soleil à Lille.

Si ce chef-d’œuvre intemporel de Jean-Sébastien Bach composé pour clavecin est très connu des mélomanes (et le nom du pianiste Glenn Gould leur est indissolublement lié), il prenait ici un relief tout particulier. Très complices, Sébastien Llinares et Nicolas Lestoquoy sont les premiers à l’avoir enregistré dans son intégralité à la guitare classique. À l’aube d’une carrière très prometteuse, les deux brillants musiciens issus de la prestigieuse École Normale de Musique de Paris, ont fondé le duo Mélisande début 2012, et on peut dire que leur premier disque cartonne.

Guitare classique n°65

Pour le numéro 65 du magazine Guitare classique, j’ai écrit un papier sur les rapports entre Hector Berlioz et la guitare.
Voici l’introduction de cet article qui j’espère, vous donnera envie de lire la suite !

Berlioz, le guitariste (1803 – 1869)

Le plus influent des compositeurs français, virtuose de l’orchestre, théoricien de l’instrumentation, concepteur de symphonies révolutionnaires, d’opéras aux larges proportions et d’oeuvres vocales monumentales, pratiquait et chérissait l’instrument de l’intimité, la guitare. Il affirme d’ailleurs, dans son Grand traité d’instrumentation et d’orchestration modernes, que « la guitare est un petit orchestre ». Ultime compliment pour notre instrument, venant de celui qui a poussé l’art orchestral à un niveau jamais atteint jusqu’alors. Mais quel rôle la guitare a-t-elle joué dans la vie de Berlioz ? Instrument de jeunesse, à la fois témoin et acteur des premiers émois musicaux ? Ou instrument fondateur avec une réelle influence sur son travail ? Berlioz cultive-t-il à l’égard de la guitare une tendre nostalgie ou une véritable passion ? En parcourant ses oeuvres musicales, littéraires et sa bi(bli)ographie, nous avons essayé de trouver quelques pistes afin d’y voir plus clair.

Pour illustrer ce papier, nous avons enregistré en compagnie d’Élise Chauvin une romance, avec accompagnement de guitare, arrangée par un jeune Berlioz de 17 ans.

Selon Jean-Jacques Rousseau la romance est un poème strophique simple et sans prétention : un poème d’amour court, souvent tragique, à la mélodie simple et sans affectation, avec un support instrumental discret.

 

Concert Salle Cortot

JEUDI 2 OCTOBRE 2014 à 20h30
SALLE CORTOT – PARIS
Le guitariste SÉBASTIEN LLINARÈS : amis et découvertes

A l’occasion de la parution du disque consacré à Pierre Wissmer et Henri Sauguet (Paraty / Harmonia Mundi), le guitariste Sébastien Llinares invite ses amis musiciens à partager un concert très original et le public à découvrir un répertoire rare.
La première partie sera consacrée au splendide répertoire, trop méconnu, des œuvres de Sauguet et Wissmer.
La deuxième offrira la création de pièces spécialement écrites pour lui par des compositeurs d’aujourd’hui : Éric Pénicaud et Dominique Preschez, lui même élève d’Henri Sauguet.
La troisième mettra à l’honneur l’art de la transcription à travers une œuvre emblématique du précurseur Érik Satie.

Au cours du vingtième siècle, le répertoire pour guitare a connu un renouveau considérable. En s’affranchissant totalement des poids lourds du répertoire espagnol et sud américain, tout en assumant leur héritage, les plus grands compositeurs français du siècle dernier ont fait souffler un vent nouveau dans le monde guitaristique.
Tout d’abord c’est le “Groupe des six” qui initia un mouvement, avec des œuvres d’Auric, Tailleferre, Milhaud et Poulenc. Chacun dans son style respectif, ils exploitèrent le côté mélancolique de la six cordes en nous laissant des œuvres poétiques, souvent inspirées de la Renaissance et des pièces pour vihuela. Puis c’est toute l’École de Paris avec ses ramifications qui s’intéressa à la guitare. Roussel, Wiener, Jolivet, Tansman, Sauguet, Migot, Françaix, Wissmer, Werner pour ne citer qu’eux.

PROGRAMME

Henri SAUGUET (1901 – 1989) :
– Soliloque
– Six pièces faciles (en duo avec la violoncelliste Maitane Sebastian)

Pierre WISSMER (1915 – 1992) :
– Intermezzo
– Rittrato del Poeta (en duo avec le guitariste Nicolas Lestoquoy du Duo Mélisande)
– Prestilagoyana (en duo avec le guitariste Nicolas Lestoquoy du Duo Mélisande)

Francis POULENC (1899 – 1963) :
– Sarabande

Éric PÉNICAUD (né en 1952):
– Improvisation d’après la Sarabande de Francis POULENC (création)
– J’irai dans les sentiers (création)
– Improvisation XVII – XXI (création)

Dominique PRESCHEZ (né en 1954)
– Sur le nom de l’Enfant… (création, en duo avec la soprano Élise Chauvin)
– Improvisation… (création, en duo avec la soprano Élise Chauvin)
– Il était une fois… (création, en duo avec la soprano Élise Chauvin)

Érik SATIE (1866 – 1925):
3 gnossiennes (transcription pour guitare de Sébastien Llinares)

Albert ROUSSEL (1869 – 1937)
Segovia

Salle Cortot, 78 rue Cardinet – 75017 Paris – Tél. : 01 47 63 47 48
Réservation : http://www.sallecortot.com, billetterie sur place, ouverture des portes à 20h.

Avec Éric Pénicaud

Depuis l’Improvisation sur la Sarabande de Francis Poulenc, je continue une belle collaboration avec Éric Pénicaud. Je viens de recevoir son Concerto pour le grand large, pour guitare et petit orchestre, ainsi que sa prochaine pièce, Improvisation XVII XXI.
Improvisation et Concerto
Éric m’a fait l’honneur de me dédier ces pièces (qui seront éditées chez d’Oz) et m’a confié leur création. C’est une responsabilité très stimulante. Je communiquerai les dates de ces créations très prochainement. Du beau répertoire tout neuf !